Назад

France3. Франция

24.05.2019

Une immersion dans les décors de cinéma à Bueil dans l'Eure (27)

Le musée du cinéma et de la photographie Jean Delannoy à Bueil dans l'Eure propose une nouvelle exposition : Les décors de cinéma de Méliès à nos jours. Elle nous permet de découvrir l'évolution des techniques et le monde de ces hommes qui font la magie du cinéma.

De la toile peinte au numérique, le décor de cinéma a très vite évolué au cours du siècle dernier. Et c'est toute cette évolution que nous propose de découvrir cette exposition, "Les Décors de cinéma : de Méliès à nos jours" au musée du cinéma et de la photographie - Jean Delannoy.

En France les premiers décors apparaissent avec Georges Méliès à la fin du 19ème siècle. Ils sont simples, peu couteux et rapides à faire car Méliès est un cinéaste prolifique avec plus de 500 films à son actif. Les décors sont peints sur une toile et les acteurs jouent devant. Les décors vont ensuite prendre du relief notamment grâce au cinéma américain et l'arrivée des staffeurs.

En France, un des décors les plus importants du cinéma, c'est celui du film de Jean Delannoy, Notre-Dame-de-Paris (1956), décor réalisé par le décorateur René Renoux. Il a fallu un budget de 160 millions de francs de l’époque pour construire la cathédrale aux studios de Boulogne en région parisienne. Claire Delannoy, fille du réalisateur et commissaire de l'exposition nous explique comment il a été réalisé.

Jusqu'au 1er balcon, le décor a été reconstitué en bois au 1/10 ème de la taille réelle et les statues ont été faites en staff. Au-dessus c'est une grande photo de Notre-Dame qui a été reproduite sur une toile. Pour la crédibilité de la perspective, il n'y avait qu'un plan possible imposé par le décorateur à mon père, le réalisateur Jean Delannoy.

Le décor a permis ici de reconstituer un site pour les facilités de tournage. Ce fut également le cas pour le film "Dieu a besoin des Hommes" de Jean Delannoy (1950) qui se passe sur l'ile de Sein en Bretagne. Impossible d'amener tout le matériel en plein hiver et de faire face aux aléas climatiques. Un village entier a donc été reconstitué au fort de Romainville à côté de Paris avec des maisons et l'église construites en bois et posées sur des rails pour que le village soit amovible.

L'importance des décors au cinéma est parfois sous-estimée et pour cause nous explique, avec humour, Max Legardeur, ancien chef décorateur :

Un bon décor est un décor qui ne se voit pas. L'important dans un film ce sont les acteurs et le réalisateur.

Très peu de décors de cinéma sont encore conservés et visibles car ils sont pour la plupart détruits après le tournage. Mais ici, à Bueil, Max Legardeur qui fut décorateur sur la série Kaamelot en a créé un dans le même esprit pour les visiteurs.

Exposition "Décors de cinéma, de Méliès à nos jours", Musée municipal du Cinéma et de la photographie – Jean Delannoy jusqu'au 27 octobre 2019. Horaires d'ouverture : les samedis et dimanches de 14h à 18h00.

Retrouvez le reportage sur l'expositon dans la page culture "Les Yeux Bien Ouverts" :

Pour les autres idées de sortie :

  • A ne pas rater ce weekend et dès ce vendredi 24 mai, le festival Rush sur la presqu’île Rollet à Rouen. Cette année, le festival donne carte blanche à la musicienne électro Chloé pour définir la programmation. 28 groupes au programme avec des têtes d’affiche comme Mr Oizo, Kompromat, Mnnqns et bien sûr Cholé. Toute la programmation est à retrouver ici :
  • Le Festival Courant d'Art touche à sa fin le 10 juin prochain. Plusieurs églises du Diocèse de Rouen ouvrent leurs portes aux artistes. Parmi les expositions, celle de Marie-Céline Varin, "Craie de Lumière" à l'Eglise Saint-Austreberthe de Veauville-lès-Baons jusqu'au dimanche 26 mai. Et pour ce dernier jour d'exposition sera donné un concert de la maîtrise de Seine-Maritime à 15h30.
  • Dans cette église, lieu de lumière, l'artiste installe son vade-mecum de clartés. Les reflets émeraude des marées de la Manche, la braise des soleils plongeants et la palette ambâtre des falaises maculées de coulures terreuses. La craie enfant des siècles de siècles devient légère sous les doigts d'une peintre qui apprivoise le temps.
  • Le Festival D'la samba dans les épinards 2019 vous donne rendez-vous pour une ambiance brésilienne à Maromme du vendredi 24 mai 2019 au dimanche 26 mai 2019. Des batucadas, du samba reggae, du forró, du métissage de musique roots du Brésil avec du hip hop ou du rock. C'est une programmation de fête à la sauce brésilienne qui vous est proposée, pleine de bonne humeur, de partage, de danse et de musique. Pendant deux jours, les festivaliers vont aussi s'initier aux percussions et à la danse. Bonne humeur et dépaysement garantis ! Au programme : Sociedad Recreativa, Leo Correa E Trio Bacana, Bal À Bahia, Compagie Ona Tourna, Dj Ricardo John, La Bolha, Atabak, Tamarac Maracatu, Agogô Percussions à Maromme.
  • Une explosion acrobatique pleine d’humanité, d’émotion et d’humour avec la compagnie El Nucléo qui présente Somos au Cirque théâtre d'Elbeuf ce vendredi 24 à 20h30 et samedi 25 à 18 heures. Ils sont 6 acrobates colombiens et ont développé leur style dans les rues de Bogota. Ces 6 circassiens nous transmettent une énergie renversante.
  • A l’occasion de la Coupe du monde féminine de football, le festival Footd'Elles nous propose des films autour des femmes et du sport. C'est un festival qui offre un espace de divertissement et de dialogue avec des rencontres. Le festival prend ses quartiers dans les neuf villes hôtes de la Coupe dont le Havre. Le festival débute le 6 juin et se termine le 28 juin dans différents sites de la ville (Le Sirius, Cinéseine Adolphe Boissaye, La Fabrique Atrium, Le Siroco).
  • L'exposition "Double jeu" nous propose de découvrir des sculptures dans un cadre de verdure jusqu'au 1er novembre prochain. Elle a pour thème L’Homme et la Nature. Elle est installée dans les Jardins d’Étretat, un musée d’art contemporain à ciel ouvert qui propose une collection d’œuvres d’art au sommet des falaises.
  • Le festival « ça sonne à la porte » revient en plus grand cette année. Il s’installe pour deux jours à Grossoeuvre dans l’Eure les 8 et 9 juin prochains. Fidèle à sa ligne artistique, cette nouvelle saison offre une programmation éclectique et attentive à l’actualité musicale normande avec 3 scènes, 26 groupes, et c’est gratuit.
  • «Jeanne d'Arc, l'opéra rock», une production 100% rouennaise, est présentée ce samedi 25 mai à Franqueville-Saint-Pierre à 20h30 à l'Espace Bourville. Cette comédie musicale retrace à travers 20 chansons originales, le parcours de celle qui est devenue la patronne de la France en une période qui peut s’évaluer à environ mille jours. L’histoire de Jeanne d’Arc, une très jeune fille qui, en l’espace d’une seule année, passe de son village natal aux champs de bataille, pour devenir chef d’une armée et chasser les anglais hors de France.
  • C'est un avant goût d'Armada que nous propose cette exposition "Des Géants des mers à l'Armada" sur les grilles de l’hôtel du département à Rouen. C'est une série de photos des bateaux présents sur les deux dernières Armada, des scènes de vie, des clichés parfois insolites signés Stéphane Lhote.
The Gloss. Ирландия
2019-05-19
Irish Examiner. Ирландия
2019-05-26
Билеты
We are using cookies to provide you with a better browsing experience Read our policy.