Déconfinement : nous sommes ravis de vous annoncer que Les Jardins d’Etretat sont ouverts de nouveau, tous les jours de 10 à 19 heures
Retour

UNE DÉCOUVERTE ÉPOUSTOUFLANTE. France

20 Mai 2019

JARDINS D’ÉTRETAT : UNE DÉCOUVERTE ÉPOUSTOUFLANTE

Vendredi 17 mai dernier était jour de vernissage de l’exposition « Double Jeu » dans Les Jardins d’Étretat, site touristique célèbre de la côte d’Albâtre. Gens de la communication et du milieu artistique ont découvert à cette occasion les oeuvres d’art contemporain de 25 artistes sculpteurs réunis sur le thème de l’homme et la nature. Le lieu d’accueil n’était pas neutre, étant lui-même une création très récente où la conception traditionnelle du jardin a été bousculée par le paysagiste Alexander Grivko.

Un point d’histoire. La terrasse principale des Jardins d’Etretat est située sur la fameuse falaise d’Amont. C’est là où Claude Monet venait souvent travailler sur sa série de toiles et de croquis intitulés « Les Falaises d’Étretat ». L’artiste disait que « des falaises comme ici, on n’en trouve nulle part ailleurs ». Inspirée par l’oeuvre impressionniste de Claude Monet, la comédienne française Madame Thébault décide d’y créer un jardin. En 1903, le premier arbre est planté. Et un jardinier de la région, Auguste Lecanu, aide l’actrice à transformer son rêve en réalité autour de la Villa Roxelane, du nom de l’épouse légendaire du sultan Soliman le Magnifique, son héroïne préférée.

Un siècle plus tard, apparition d’un futur personnage de légende Alexander Grivko ! Dans un excellent article de Philippe Vigué-Desplace, publié dans « lefigaro.fr » en 2017, on apprend que Alexander Grivko a découvert Etretat à l’occasion de courtes vacances et qu’il en est tombé amoureux. Au point de vouloir acquérir la Villa Roxelane et ses 4000 m2 de terrain, de négocier auprès de la mairie l’achat de 3000 m2 supplémentaires et démarrer des travaux pharaoniques. Les chiffres sont dans la démesure car il faut construire des centaines de mètres de murets, importer près de 1000 tonnes de terre, tracer 2 kms de chemins en gravier et planter 100.000 arbustes persistants. Voir lien ci-dessous pour détails.

L’amour d’Alexander pour les jardins lui vient de son grand-père, un attaché militaire qui aimait le jardinage et qui, à la retraite, s’est consacré à sa passion. Il structurait le terrain, sélectionnait les plantes et les entretenait. Quand les parents du jeune homme ont aménagé une maison de campagne, c’est Alexander qui en a pris les commandes. Il pouvait appliquer à son gré l’enseignement de son aïeul. Ses études le conduisent d’abord dans une école de designers floraux. Assez vite, il reçoit une commande pour faire un jardin, puis prolonge ses études dans l’architecture de jardin. Il effectue des stages chez les grands paysagistes du moment. Il se découvre dans la firme de Jacques Wirtz, près d’Anvers, une attirance pour l’art topiaire que l’artiste belge a poussé à un point incroyable. Grivko et ses projets ont reçu de nombreux prix et plusieurs distinctions. Pour le magazine AD (de Condé Nast), il fait partie des « 100 meilleurs architectes et designers ».

L’oeuvre d’Alexander Grivko a pour particularité d’opérer une symbiose du style classique et des tendances contemporaines avant-gardistes dans le domaine de l’architecture et de l’art paysager. Sa passion consiste à créer des jardins publics expérimentaux. Il poursuit des recherches de nouvelles formes d’organisation de l’espace. La partie de son oeuvre d’Étretat qu’il a nommé « Le Jardin Émotions » a été inspirée par la première ferme ostréicole française de Marie-Antoinette qui se situait au pied des falaises d’Étretat. L’image des fonds marins en constitue l’inspiration principale. Les végétaux taillés rappellent le paysage du milieu de vie des huîtres. L’ensemble est complété par des sculptures de « visages-émotions » qui expriment la gamme des sentiments et qui symbolisent les différents états du monde sous-marin. Les sculptures sont l’oeuvre de Samuel Salcedo, de Barcelone, en Espagne. Elles sont la base permanente du jardin et ont été réalisées à partir d’un mélange de résine polyester et de poudre d’aluminum. L’artiste a capté et fixé les émotions comme l’attente d’un baiser, un mécontentement à peine visible sur les lèvres, la fatigue, la satisfaction, le douleur, le plaisir. Epoustouflant !!!

The Gloss. Irlande
2019-05-19
France3. France
2019-05-24
Billets
We are using cookies to provide you with a better browsing experience Read our policy.